lundi, décembre 18, 2017

Quand le destin nous joue des tours

Le voilà, il est né, ça y est c’est le grand jour,
L’enfant qu’ils attendaient d’un cri leur dit bonjour
Et chacun est heureux jusqu’à ce qu’on remarque
Qu’il y a quelque chose qui des autres le démarque.

Il a ce quelque chose que les autres n’ont pas
Que l’on nomme handicap et qui selon le cas
Sera lourd ou léger mais qui en un instant
Fera que jamais rien ne sera comme avant.

Toi qui es le parrain de ce petit enfant
Qui lui fait des cadeaux et de plus en plus grands
Qui lui donne des sous s’il faut de temps en temps
Il a besoin de toi et ce bien plus souvent.

Toi qui es la marraine qui vient de temps en temps
Qui pour l’anniversaire, Noël…évidemment,
Lui offre le plus cher, le plus beau des présents ,
IL a besoin de toi…au moins aussi souvent.

Et toi qui es le frère ou la sœur de l’enfant
Qui être rapport à lui peut-être bien plus grands…
Peut-être plus petits mais est-ce bien important ?
Il a besoin de vous encore bien plus souvent…,

Et pour vous ses cousins ses cousines, ses amis…,
Ah…, il n’a pas d’amis et pas une seule amie
Eh bien je vous le dis, à vous, vous les enfants
Car votre petit cœur je sais comme il est grand…,

Que ce petit enfant qui est très différent
Il a un cœur comme vous et il aimerait tant
Que vous veniez le voir au moins de temps en temps
Tout en préférant que… vous veniez plus souvent

Quant à vous les parents de ce petit enfant
Qui l’aidez tous les jours sans compter votre temps,
Malgré que le destin vous ait joué un tour,
Vous aurez pour toujours de l’amour en retour.

Et pour ceux dans la vie qui s’occupent de l’enfant
Pour tous les bénévoles qui lui donnent du temps
Ils aimeraient comme lui au moins de temps en temps
Que tous les gens qui l’aiment les soutiennent plus souvent.

Il y a ce quelque chose que les autres n’ont pas
Que l’on nomme handicap mais qui dans tous les cas
Il saura surmonter pour en sortir vainqueur
Si ce qu’on fait pour lui nous vient tout droit du cœur.

Poème écrit par un papa...

Jean Havel
Diffembach-les-Hellimer, le 15 octobre 2009